Du baroque au rock

10489635_770696933023916_6955196340377627457_nEn janvier les Mystérieuses Coiffures ont collaboré avec Dantzaz Compania. Un beau projet et un état de travail présenté le 7/03 au Théâtre d’Arasate.

L’idée de mélanger sculpture capillaire et danse contemporaine trottait déjà dans la tête de Christophe… Sa rencontre avec Adriana Pous, directrice artistique de Dantzaz était inévitable !
Adriana travaille avec les jeunes danseurs de la compagnie sur la forme musicale du baroque, du classicisme, à partir d’oeuvres du XVIIIe siècle ; un travail de recherche autour des figures du menuet, des danses de cour aux effets à la fois pompeux et gracieux, d’exagération dans le mouvement cherchant une certaine préciosité. Une danse où courtisans et courtisanes se frôlent, se défient sans jamais s’étreindre. Ils ont poussé leur recherche jusqu’à opposer la musique et danse baroque au rythme âpre du rock.

Ainsi est née l’idée du spectacle « Du Baroque au Rock » et la collaboration des Mystérieuses Coiffures.
Les danseuses sont parées de coiffures baroques (coiffures du spectacle « Un brin de XVIIIe siècle »); Christophe sur scène, nous fait penser à Léonard Antier, célèbre coiffeur de Marie-Antoinette. Il coiffe entouré de danseurs assistants, imitant chaque geste du coiffeur avec grâce et légèreté.

1496343_783395045087438_8958842646184599468_o10996553_783395098420766_6751397457341120329_o

Les danseuses évoluent à leur tour, et d’un coup de peigne… nous voilà dans les Jardins de Versailles où dames et messieurs de la Cour se défient du regard, se séduisent, s’attirent et se fuient.
Puis au dernier mouvement, les danseurs armés d’une épingle, éclatent la coiffure-ballon de leur partenaire et sur le grincement d’une guitare électrique nait le Rock.

Coiffures défaites, cheveux emmêlés, parures jetées au sol, les danseurs deviennent combattants. Les gestes précieux des danses de cour se transforment en des corps à corps sensuels et violents à la fois.

Sur scène, un seul accessoire, une chaise baroque à roulettes, ornée de papillons. A l’époque baroque, selon l’imagination de chacun, elle représente un carrosse, une chaise à porteur promenant une belle dame de cour.

Mais sur les rythmes rudes du rock, elle devient moto, cheval sauvage, indomptable. Les danseurs s’affrontent alors, se cabrent, s’étreignent jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la dernière note comme un cri.

Un moment magique, des danseurs énergiques et les Mystérieuses Coiffures source d’inspiration et de mixité artistique.