Sur la route des Festivals : le carnet de voyage des Mystérieuses Coiffures

Les mystérieuses coiffures au festival des Arts de la Rue à Châlon

Les Mystérieuses Coiffures voyagent!
Tout d’abord dans le temps, après « un brin de 18e siècle » et l’univers du Petit Trianon de Marie Antoinette, puis une escapade dans les années seventies avec le « Flower Power », les Mystérieuses Coiffures s’envolent vers l’univers du Conte. Elles voyagent accompagnées de marionnettes pour la préparation du goûter d’Alice au pays de la gourmandise!

Première page du conte : nous voilà au Festival des Arts de la Rue, Châlon dans la Rue, dans un magnifique parc nommé pour l’occasion « le jardin des kids ».

Notre décor : un majestueux arbre exotique nous tend ses branches et nous promet l’ombre en cette chaude journée de juillet. La malle cuisine qui contient tous les secrets de fabrication des Mystérieuses Coiffures se marie merveilleusement avec l’arbre et … en regardant bien… si on a gardé son âme d’enfant… on devine le lapin en retard plonger sous les racines! Le chapelier fou transforme en un tour de main les petites filles en Alice! Ses nouvelles assistantes, ses marquises marionnettes sont à pied d’oeuvre (bon, on ne voit pas leurs pieds, mais c’est une expression!!!) pour gagner un sourire, un bisou des petits et des grands!

Quel bonheur de voir ces yeux brillants et sourires d’enfants en ce 1er jour de festival!

Deuxième jour de festival  : 8h :  Châlon se réveille, le marché aux primeurs offre ses couleurs, ses odeurs aux lève-tôt… Un café sur une place… on croise artistes, programmateurs (plongés dans le programme du jour), festivaliers munis de tabouret pliant, sac à dos et plan du festival, fêtards qui ne se sont pas couchés!!!

Les artistes épluchent le journal, cherchent le moindre article ou photo à rajouter à leur revue de presse.

Nous sommes les heureux élus : une photo des Mystérieuses Coiffures pour annoncer les compagnies du Off au Jardin des Kids!

Quelques artistes commencent la tournée des flyers et que je te laisse sur la table en terrasse le sésame pour aller voir le spectacle et que je t’alpague dans la rue pour te vanter les qualités de l’inoubliable moment que tu vas passer!!!

Depuis hier fleurissent par centaine les affiches des 160 compagnies présentes au festival, sur les murs, réverbères, arbres, bancs, poubelles et tout emplacement improbable en temps normal!!!!

Ainsi, à notre tour nous enrichissons la ville de nos affiches, puis quelques flyers dans le village des pros…  Là aussi c’est à celui qui sera le plus original afin d’être repéré dans cette fourmilière publicitaire (guirlande de flyers, collier de bouchons de champagne à l’effigie de la compagnie….). La cour du village devient l’antre du papivore. Difficile de se faire une place!!!!

Troisième jour du festival : 8h : café, journal et oui un article des Mystérieuses Coiffures! Il faut dire que les têtes coiffées commencent à se repérer dans le parc comme des bouquets ambulants, et les marionnettes deviennent les meilleures amies des petites filles. Elles leur chuchotent des mots imaginaires à l’oreille et les petites filles conversent naturellement! Quel moment magique !Quel secret d’enfant se racontent-elles?

Décor dans le jardin des kids

Décor dans le jardin des kids
elles chuchotent!!!!!
elles chuchotent!!!!!
Le festival a été riche en rencontres, d’artistes qui vivent la rue et cette proximité avec le public nous offrant de belles émotions. Comme cet instant de grâce que nous avons vécu avec la cie Les Rustines de l’Ange (nos amies musiciennes du jardin des kids!!!! cie qui porte merveilleusement son nom). En plein baloche, devant ces accordéonistes, se plante un petit bonhomme de 2 ans et les regarde. Alors tout en douceur les musiciens en demi cercle à genou entame une berceuse et notre petit bonhomme reste planté là un magnifique sourire et le regard un peu ailleurs, dans son monde imaginaire. Un moment suspendu, émouvant, frissonnant….Dimanche 27 juillet : Sur le chemin du retour nous avons croisé Manon : une marionnette géante qui marche pour les intermittents…
4 m de haut, 25 kg de papier mâché, une robe fleurie et un regard attendrissant… Manon sillonne la France à pied pour défendre la lutte des intermittents. Elle est partie de la place de l’Horloge, le 4 juillet, en même temps que la marche silencieuse des compagnies du Off d’Avignon. Elle est arrivée le dimanche 27 juillet pour la clôture du festival Châlon dans la rue.Un périple de 380 kilomètres. Montélimar, Valence, Lyon,  Mâcon : Manon et sa grande taille attirent l’attention des habitants dans les villes traversées. Mais elle n’est pas là pour se donner en spectacle, comme l’illustrent les croix blanches sur fond noir arborées par ses marcheurs. Partis à cinq, ils sont désormais une vingtaine. Leur but ? Parler de la condition des intermittents et précaires aux gens qu’ils rencontrent sur leur itinéraire. Échanger avec eux, collecter leurs histoires, aussi. Des témoignages glanés auprès de personnes en difficulté, qui figurent sur la carte postale que Manon envoie quotidiennement au gouvernement.Voilà prochaine escale : Festival Fest Arts à Libourne du 7 au 9 août. Hissons la grand voile à bientôt.